Enquête «un avenir où il fera bon vivre»

Ce qui nous motive, c’est de participer activement au changement: pour vous, pour la société et pour l’environnement. Et vous, qu’est-ce qui vous motive? C’est la question que nous avons posée à 3 935 citoyennes et citoyens dans le cadre d’une étude représentative sur les objectifs et les visions, la motivation et l’impulsion ainsi que le sens et l’importance de nos actions en matière de changement climatique, d’efficacité énergétique et de passage aux énergies renouvelables.

Cette étude contribue à identifier les défis concrets liés au changement climatique et montre où trouver des solutions possibles. L’énergie, l’habitat mais aussi nos décisions quotidiennes sont des domaines d’influence importants en matière de durabilité. Sur mandat de BKW, l’institut de recherche Sotomo a interrogé les populations suisse et allemande sur ces domaines de la vie. Nous avons demandé aux personnes interrogées ce qui les poussait à agir dans le respect du climat, quel sens elles y voyaient et ce qui était nécessaire pour pouvoir construire un avenir où il fera bon vivre.

 

Quelques conclusions

L’étude montre que pour la population suisse, une nature et un environnement intacts font partie intégrante de leur conception de la prospérité. La motivation pour une action respectueuse du climat est donc aussi la protection de la nature, qui est directement menacée par le changement climatique. Alors que les mesures politiques de lutte contre le changement climatique sont plutôt critiquées, ce sont les nouvelles technologies qui rencontrent un écho positif. C’est justement dans le domaine de l’énergie que l’on mise sur les énergies renouvelables. Et l’énergie solaire en particulier semble avoir le vent en poupe; elle est perçue comme particulièrement souhaitable et ne semble guère présenter de facteurs perturbateurs. En revanche, les Suisses ne voient actuellement aucun avenir pour l’énergie nucléaire. Ils partent plutôt du principe qu’elle jouera un rôle moins important à l’avenir.

 

À propos de l'enquête

Pour la présente étude, 3 935 personnes (Suisse: 2 857, Allemagne: 1 078) ont été interrogées entre le 21 juin et le 6 juillet 2022. Les résultats sont représentatifs de la population de plus de 18 ans intégrée linguistiquement en Suisse romande et en Suisse alémanique ainsi que de la population de plus de 18 ans intégrée linguistiquement en Allemagne.